Ojim.fr : Rectificatif : François Ruffin n’a jamais appelé à voter Macron

Ojim.fr

Rectificatif : François Ruffin n’a jamais appelé à voter Macron
Rectificatif : François Ruffin n’a jamais appelé à voter Macron
Rectificatif : François Ruffin n’a jamais appelé à voter Macron

le 4 mai 2017 dans Médias
Télécharger en PDF
Le quotidien de Patrick Drahi, nous voulons dire Libération, est devenu très tôt comme l’ensemble des médias de l’empire Drahi BFMTV en tête un ferme soutien du candidat Macron. Laurent Joffrin s’est livré régulièrement au « comptage des soutiens » comme par exemple le 28 avril 2017 dans son éditorial : « François Ruffin et José Bové voteront pour Macron. Ruffin a précisé qu’il glisserait un bulletin dans l’urne le jour du vote mais qu’il serait un opposant dès le lendemain. Le bon sens n’est pas tout à fait mort. » À ceci près que François Ruffin n’a jamais dit ça. Nous avions repris imprudemment les termes de Laurent Joffrin, voici notre rectificatif.

Dans un communiqué publié le lendemain, François Ruffin précise les choses :

« … micros et stylos me courent aujourd’hui après pour que « j’appelle à voter Macron ». Or, je n’appelle à rien du tout. Je ne délivre aucune consigne à personne. Quand il nous reste le choix entre un banquier d’affaires et le Front national, chacun se démerde comme il peut, avec ses tourments, ses hésitations, ses doutes, et je comprends parfaitement qu’on fasse des choix contraires au mien. »

Et d’enfoncer le clou au sujet d’Emmanuel Macron :

« …Nous sommes sans doute, à Fakir, depuis un an, parmi les plus fins macronologues (et macronophobes). J’ai lu les deux biographies du bonhomme, son bouquin Révolution, son programme, ses discours, etc.
C’est pour moi le pire des années Hollande. C’est lui qui, à l’Élysée, puis à Bercy, a conseillé à François Hollande de dériver toujours plus sur sa droite (comme si l’ex- avait besoin qu’on le pousse pour glisser sur cette planche). Ses collègues témoignent que, devant lui, « il était interdit de dire du mal du Medef ». C’est par lui, raconte Stéphane Richard, PDG d’Orange, que transitaient les demandes du patronat pour toucher le président. On lui doit le pacte de responsabilité, le Crédit impôt compétitivité emploi, le travail du dimanche, la loi El Khomri, autant de « réformes » dont il tire gloire. Et son programme n’a rien de nouveau: il est dans la droite ligne du dernier quinquennat, dans la continuité des trente dernières années où, contre le chômage, on n’a rien essayé, juste d’ « alléger les charges » pour les employeurs et de « flexibiliser le travail » pour les employés. »

Merci à Picardie Debout de nous avoir remis en mémoire ce communiqué qui nous avait échappé et nos excuses à François Ruffin et à nos lecteurs.

Mots-clefs : BFMTV, François Ruffin, Laurent Joffrin, Patrick Drahi
[Dossier] Les médias allemands sont-ils plus sérieux qu’en France ? L’exemple Trump
Vous appréciez le travail de l’OJIM et vous avez apprécié cet article, aidez-nous !
Aidez l’Ojim à se développer !

Le travail de l’Ojim se développe avec des correspondants en Italie, en Suisse, en Allemagne, en Pologne et bientôt en Hongrie. Nous avons pu vous proposer des analyses de la presse européenne sur les viols de Cologne, sur la véritable situation des médias en Pologne, des dossiers fournis sur les censures et les auto censures des grands médias. Nous frôlons les 200 portraits de journalistes et ceux ci sont de plus en plus lus y compris à l’université et dans les écoles de journalisme. Mais le nerf de la guerre ne suit pas toujours, si vous voulez nous aider c’est facile et vous bénéficiez d’une déduction fiscale :
En donnant 30 euros vous financez les brèves d’une journée de publication et ceci ne vous coûte que 10 euros après déduction fiscale
En donnant 100 euros vous nous aidez à couvrir les frais d’un portrait et ceci ne vous coûte que 33 euros après déduction fiscale
En donnant 200 euros vous financez un dossier et ceci ne vous coute que 66 euros après déduction fiscale
En donnant 400 euros vous financez une infographie ou une vidéo et ceci ne vous coûte que 133 euros après déduction fiscale.
Vous pouvez payer en ligne ci-dessous ou nous envoyer un chèque à OJIM 48 bd de la Bastille 75012 Paris. Pour ceux qui veulent recevoir le reçu fiscal de déduction merci de nous indiquer votre adresse physique.
Le petit cochon de l’Ojim vous remercie et vous souhaite une grande année 2016.

Claude Chollet
Président de l’OJIM

[Dossier] Les médias allemands sont-ils plus sérieux qu’en France ?

Insolentiae:« Enrico Macias ruiné, une leçon à retenir pour vous tous !! » L’édito de Charles SANNAT

« Enrico Macias ruiné, une leçon à retenir pour vous tous !! » L’édito de Charles SANNAT

Charles Sannat 4 mai 2017

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Si notre Enrico national est en procès, je ne ferai pas le sien ici car ce n’est pas l’objectif. Mon but c’est de vous montrer à travers cet exemple que même lorsque l’on est conseillé, que même lorsque l’on est « riche » à millions, pour ne pas dire à dizaine de millions, on peut se faire « tarter » comme un bleu, et c’est exactement ce qui est arrivé à notre Enrico.

Enrico a beau dire et clamer pour les besoins du procès que « j’ai été volé », je ne partage pas mais alors pas du tout cet avis et vous allez vite comprendre.

Retour sur les faits pour comprendre de quoi nous parlons et ce qui est arrivé à notre star !

Voilà l’essentiel de l’explication avancée par l’AFP sur ce dossier.

« Le procès pour escroquerie de la Landsbanki Luxembourg, filiale d’une banque islandaise emportée par la crise en 2008, a débuté mardi avec plusieurs témoignages de plaignants. Plus d’une centaine de clients, dont le chanteur Enrico Macias, estiment avoir été floués. Pour certains le préjudice dépasse les 40 millions d’euros.

Retour sur les faits : à l’été 2007, la banque fait signer à des propriétaires de biens immobiliers en France – souvent en mal de liquidités – des offres alléchantes de prêts. Ces dernières entraînent le placement de leur maison, villa ou appartement sous hypothèque. Les propriétaires obtiennent ainsi un prêt (en argent frais, mais également sous forme de placements censés couvrir les intérêts) correspondant à la valeur des biens. Cela pour au moins 500 000 euros.

À l’époque, Enrico Macias cherche plusieurs centaines de milliers d’euros pour effectuer des travaux dans sa villa de Saint-Tropez (Var). Découvrant ce montage séduisant, il emprunte 35 millions d’euros à la banque et hypothèque sa maison. Problème, la « crise des subprimes » éclate quelques mois plus tard. La maison-mère est emportée par la crise financière puis nationalisée, comme toutes les grandes banques islandaises. La Landsbanki Luxembourg fait faillite en 2008 et sa liquidatrice entreprend de recouvrer non seulement les sommes effectivement versées aux emprunteurs, mais aussi la totalité des créances, quitte à vendre ou menacer de vendre les biens hypothéqués. »

Ce qu’il s’est passé expliqué simplement

Bon, allons à l’essentiel et soyons simples. L’idée de ce montage proposé par la banque islandaise était très « simple » en soi.

Vous avez une maison d’une valeur de 150 000 euros. Vous avez besoin d’argent ? En échange d’une hypothèque sur votre maison (si celle-ci est déjà intégralement payée évidemment et pas hypothéquée ne serait-ce que partiellement par ailleurs), alors je vous prête disons… 100 000 euros (en tant que banquier ou « escroc » au choix), je prends une petite marge de manœuvre au cas où.

Puis vous faites ce que vous voulez de ces 100 000 euros. Dans ce cas précis, certaines personnes ont emprunté en hypothéquant leur maison pour renflouer leur entreprise par exemple, voici une petite nuance que l’on peut garder en mémoire pour plus tard.

Tous les autres, Enrico en tête, voulaient faire des travaux pour quelques centaines de milliers d’euros – mais finalement il va emprunter pour 35 millions d’euros, 35 !!! Alors qu’il n’en avait pas besoin.

Pourquoi diable va-t-il donc faire cela notre Enrico national ?

Simplement parce qu’en face, la banque lui propose de placer les 35 millions d’euros prêtés dans des placements qui vont, disons, rapporter du 10 ou 12 % un peu à la « Madoff » évidemment, puisque qui dit gros rendement, dit… gros risques !!

Et c’est ainsi qu’Enrico a cru qu’il allait pouvoir s’enrichir facilement, sans travailler, sans effort, en étant propriétaire de sa maison, en l’occupant, en y faisant ses travaux avec de l’argent qu’il n’avait pas mais qui ne lui coûterait rien, car avec ce montage génial où il empruntait la totalité de la valeur de sa maison pour placer cet argent qu’il n’avait pas, l’effet de levier serait considérable…

Évidemment, comme toutes les « trop » belles histoires, généralement, cela se termine mal. Pourquoi ?

Simple : on ne peut pas s’enrichir réellement sans rien faire.

Pourquoi donc Enrico est ruiné ?

Il a péché par appât du gain !

Et de vous à moi, je ne plaindrai aucune victime de cette banque ou presque à commencer par Enrico qui peut jouer l’éploré dans son coin. La réalité c’est que depuis la nuit des temps, le lucre, le veau d’or, bref, peu importe le symbole, les religions, les morales vous mettent en garde contre cette volonté d’enrichissement sans limites qui fait perdre les repères et le bon sens.

La catastrophe est toujours, toujours au bout du chemin.

Lorsque l’on dispose d’une maison d’une valeur de 35 ou 40 millions d’euros, somme que jamais, jamais 99 % des Français ne pourront avoir, et que l’on se retrouve ruiné, on ne peut que s’en prendre à soi-même.

A-t-il été mal conseillé ?

Sans doute.

A-t-il été « escroqué » ?

Sans doute.

Est-il responsable de ce qui lui arrive ?

À 100 %, et sans réserve aucune.

Que devez-vous retenir pour vous ?

Vous n’êtes pas des victimes ! Vous êtes responsables de vos choix financiers, de vos placements, de vos décisions. Ne vous en remettez pas à vos conseillers, à des vendeurs.

Souvent, vous me dites « oui mais je n’y connais rien », ou encore le célèbre « les placements ce n’est pas mon truc, je suis prof de lettres moi / artiste / peintre / infirmière (rayez les mentions inutiles), alors je suis bien obligé de m’en remettre aux gentils conseillers bancaires, de la compagnie d’assurance, privé, ou commerciaux vendeurs d’immobilier et autres artifices de défiscalisation »…

Eh bien si vous considérez que vous n’y connaissez rien, et que vous ne vous donnez pas la peine d’y connaître quelque chose, alors vous ferez au mieux des placements pas terribles, et au pire des âmes pas vraiment charitables se chargeront de vous faire les poches.

Votre argent. Votre responsabilité. Ce n’est pas la faute des autres. C’est la vôtre. Ceci est peut-être choquant, mais je vous assure que c’est la vérité et Enrico en est un exemple saisissant, car il peut se rouler par terre, il y a des chances qu’il perde vraiment sa maison, car le juge, qui, lui, gagne 3 000 euros, va avoir du mal à croire qu’Enrico qui n’avait pas besoin d’une telle somme n’avait pas bien saisi ce à quoi il s’exposait. Du coup, comme il n’avait pas saisi grand-chose, son esprit a été saisi quand il a appris sa saisie… et il a du mal à se ressaisir. (Vous admirerez au passage mon allitération saisissante !!)

Règle 1 : vous êtes responsables de vos décisions

Autre piège, évidemment, l’appât du gain. Si vous voulez pousser à l’extrême la logique de la rentabilité et du rendement, alors vous vous exposez inévitablement à une prise de risque exponentielle.

Je vous invite toujours à conserver cette approche du couple « rendement-risque » et de placer votre curseur là où vous ne risquez pas de perdre votre chemise.

Pour vous donner un exemple, jamais, jamais vous ne me ferez hypothéquer ma maison pour acheter une voiture par exemple ou partir en vacances !! C’est une opération par définition trop risquée, et aucun profit potentiel ne justifie un tel risque car dans un tel cas, le couple rendement-risque est très défavorable, car si cela se passe mal on se retrouve dehors avec femme et enfants… Pas top en gros comme perspective.

Donc on s’abstient !

Règle 2 : on ne court jamais à tout prix derrière les gains et le rendement

Enfin, le dernier grand risque qui fait perdre chaque année beaucoup d’argent à beaucoup de gens, c’est évidemment les impôts ! Ou plus précisément l’aversion aux impôts.

Les impôts c’est pas bô ! Les « zimpôts » c’est trop cher, les « zimpôts » c’est horrible.

Certes. Et je ne vous dirai pas le contraire.

Sauf qu’acheter un appartement clapier en périphérie d’une grande ville dans laquelle vous n’avez jamais mis les pieds à 200 000 euros, que vous serez obligé de louer pendant 12 ans, avec des loyers encadrés et des revenus de vos locataires également encadrés le tout pour économiser 3 000 euros d’impôts c’est bien, mais pour économiser 3 000 € par an, il faut que vous en dépensiez 200 000 !! N’oubliez jamais cela, car nombreux sont les fauchés de la défiscalisation immobilière et actuellement cela continue encore et encore avec les fameux « Pinel » qui sortent de terre un peu partout en France pour le plus grand bénéfice des promoteurs, des notaires, de l’État, des vendeurs et des entreprises de commercialisation et des constructeurs… Votre bénéfice à vous est évidemment très secondaire, car vous êtes la contrepartie (version pudique) ou la vache à lait si vous préférez (version réalité tendance « trash »).

C’est d’ailleurs pour cette raison-là et pour vous protéger et vous montrer qu’il est possible de défiscaliser en achetant de l’immobilier sans forcément passer par les « Pinel » que j’ai consacré la lettre STRATÉGIES du mois d’avril aux différentes méthodes de défiscalisation immobilière. Vous pouvez vous abonner ici si le sujet vous intéresse, et en tout cas ne vous lancez pas dans de telles opérations sans faire un grand travail de recherche et d’analyse… Vous allez en prendre pour 15 ans de crédit, et 200 000 € : cela mérite de prendre le temps de la réflexion !

Règle 3 : on n’achète jamais, jamais une défiscalisation !!

Une carotte fiscale doit rester une carotte, l’idée n’est pas de finir par vous faire « carotter » !

N’oubliez pas ces 3 règles.

Votre argent, votre responsabilité.

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur http://www.insolentiae.com.

A propos de Charles Sannat – Mon compte – Mentions légales – Conditions générales de vente – Contact

Observatoire de l’islamisation : Les Frères Musulmans de l’UOIF ont émis un communiqué le 24 avril 2017 appelant à voter pour Emmanuel Macron

Observatoire de l’islamisation :

Les Frères Musulmans de l’UOIF ont émis un communiqué le 24 avril 2017 appelant à voter pour Emmanuel Macron. Joachim Véliocas de l ‘Observatoire de l’islamisation explique ce choix sur Radio Libertés le 3 mai 2017.

Pour plus d’informations sur les liens du maire de Montpellier (PS-En Marche) Philippe Saurel et l’islamiste Mohamed Khattabi, imâm, lire cette article.
Lire la suite
share on Twitter Like Pourquoi les islamistes de l’UOIF appellent à voter Emmanuel Macron : décryptage on Facebook
Opération antiterroriste : cinq personnes interpellées, quatre armes retrouvées.

Lu sur France-Info du 2 mai 2017:

Cinq personnes ont été interpellées par les policiers dans plusieurs villes françaises. Elles sont soupçonnées par les services antiterroristes d’avoir voulu commettre une action violente, selon les informations du Parisien, confirmées à franceinfo par une source judiciaire.

Les cinq individus ont été arrêtés lors d’une opération antiterroriste menée mardi 2 mai au matin dans plusieurs communes. Les forces de l’ordre sont notamment intervenues à Bihorel, une ville proche de Rouen, en Seine-Maritime, à Villeneuve d’Ascq, dans le Nord et à Roanne, dans la Loire.

Dans la commune proche de Rouen, les perquisitions ont permis de découvrir plusieurs armes. Les calibres des quatre engins de tir confisqués allaient du 7,62 au 9 millimètres. Il s’agissait de deux armes de poing et de deux fusils mitrailleurs.

L’enquête est menée par la police judiciaire. Elle a été ouverte par le parquet de Paris le 8 mars dernier, selon les sources judiciaires de franceinfo. »
Lire la suite
share on Twitter Like Opération antiterroriste : cinq personnes interpellées, quatre armes retrouvées. on Facebook
Macron refuse d’interdire les Frères Musulmans en France (UOIF) malgré leur projet totalitaire

Emmanuel #Macron : « Si l’UOIF respecte les lois de la République, je n’ai pas à l’interdire » pic.twitter.com/SdslMehNFt

— BFMTV (@BFMTV) 2 mai 2017

Alors que l’organisation islamiste appelle à voter pour Emmanuel Macron, le candidat refuse de la diaboliser à la différence de Marine Le Pen qui demande sa dissolution. Voici quelques éléments pour se faire une idée de la dangerosité de l’organisation qui gère 250 associations de mosquées en France, des collèges et des lycées :

Citations prouvant que l’UOIF est composée de Frères Musulmans :

Lhaj Thami Breze (président de l’UOIF de 1992 à 2009, né au Maroc) interrogé par le journal algérien L’Expression du 16 mai 2002

L’Expression : Votre organisation n’est-elle pas proche des Frères Musulmans ?

Lhaj Thami Breze : Nous sommes des Frères Musulmans, mais nous ne sommes pas les Frères Musulmans. Tout le monde à mon avis doit être fier des Frères Musulmans. Les Frères Musulmans représentent le renouveau(… )Les Frères Musulmans, nous les connaissons bien, sont le meilleur des mouvements qui existent. »

Pour celui qui a dirigé l’UOIF pendant 4 mandats : « Les Frères musulmans ont un projet, ils veulent le pouvoir, et ne le cachent pas. Mais nous ne sommes pas assez nombreux ici » interview publiée sur le site de l’UOIF en 2013.

Abdallah Ben Mansour (préside l’UOIE-FIOE -structure européenne de l’UOIF- conférencier au congrès de l’UOIF chaque année) : « notre grille de lecture générale coïncide avec celle des Frères » (entretien avec Sylvain Besson du 27 mars 2005, cité dans La conquête de l’occident, le projet secret des islamistes, Seuil, 2005)
Tareq Oubrou : Dans “Le Prêtre et l’imâm”, paru aux éditions Bayard en 2013, Tareq Oubrou affirme page 134 :“Le mouvement des Frères Musulmans prétend moderniser la religion, sans rien toucher à l’essentiel. Ce discours, peu audible, est en perte de vitesse. Je continue d’être membre de ce mouvement”.

Muhammed Mahdi Akef , Guide suprême des Frères Musulmans de 2004 à 2010 >

« Le but des Frères Musulmans est de créer un Etat Islamique mondial. Nous, les musulmans, nous immigrons partout et il y aura encore un long chemin avant de prendre le contrôle de l’Europe » (interview de Mahdi Akef dans le documentaire TV « Egypt’s Muslim Brotherood : In their own words »)

Conférenciers extrémistes de l’UOIF

– Hani Ramadan, intervenait plusieurs fois par an dans les mosquées UOIF, et à son congrès annuel avant son interdiction de séjour. Mais ses livres sont toujours en vente dans les mosquées UOIF :

« Le monde musulman est en ébullition. Cette force peut et doit être orientée vers un Etat islamique, un Etat appliquant le Coran et la Sunna.(…) Les musulmans ne retrouveront jamais leur bonheur perdu s’ils ne reviennent pas au jihad et ne cherchent pas à établir un Etat Islamique ». (Hani Ramadan, Sermons du vendredi rappels et exhortations, éditions Tawid, 2011, page 465.)

– Nabil Ennasri conférencier au RAMF du Bourget 2017. Ancien élève de l’UOIF dans son Institut IESH. Nous avions parlé de lui en 2009 dans un article : « Suite à la relaxe d’un gendarme ayant tué un cambrioleur maghrébin en délit de fuite, le 1er octobre 2009, par la Cour d’assise du Gard, (alors qu’il était encore élève de l’école d’imams de l’UOIF) Nabil Ennasri publiait un texte enflammé sur Oumma.com, premier site musulman de France intitulé « A quand les prochaines émeutes en France ? » Son article se termine par cette phrase :

« Qu’on ne s’étonne pas alors si une autre flambée de violences, plus dure et plus violente, risque d’embraser à nouveau les banlieues françaises. En tout cas, vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenu… »

– Hassan Iquioussen. Conférencier au RAMF du Bourget en 2017 (comme tous les ans). Son rêve est le retour du califat :

Dans une conférence[1] sur l’histoire de l’empire Ottoman en janvier 2013, Iquioussen se réjouit des révolutions islamiques ayant porté les Frères Musulmans au pouvoir en Tunisie et en Egypte, et rappelle le devoir pour tous les musulmans de chercher à réinstaurer un système politique islamisé préservé de la laïcité européenne. Les prises de pouvoir par des partis islamistes sont un préalable à leur réunion au sein d’un nouveau califat, idée force de la confrérie : « La cinquième phase, le retour du califat. Le prophète annonce après cette période la plus obscure de l’histoire de l’islam [il parle précédemment de l’époque coloniale et de l’abolition du califat ottoman par Mustapha Kemal en 1924], et nous sommes dans la transition, vous voyez ce qui se passe dans les pays musulmans, les révolutions, les soulèvements, qui sont le fruit d’une éducation de la part des musulmans nostalgiques de leur passé

Les savants de l’islam auront pour rôle de « ramener les musulmans dans le giron de l’islam pour recréer cette entité politique qui a pour objectif de permettre aux musulmans de vivre leur foi dans tous les domaines : économiques, politiques, et tout ce que vous voulez. Donc le califat est entrain de revenir, ça va prendre du temps mais il y a un début à toute chose, regardez : révolutions, on renverse les tyrans despotes, d’accord, qui étaient tous laïcs, islamophobes. » Référence à Mouamar Khadafi, Hosni Moubarak, Bachar el Assad, qualifiés de musulmans superficiels et d’hypocrites par le prédicateur, qui enchaine : « Et le califat est de retour, les pays musulmans vont se libérer de la tyrannie, après ils vont se libérer de la tutelle occidentale [alors même que ce sont les Etats-Unis qui ont soutenu activement les Frères Musulmans en Tunisie et en Egypte! ] car le néo-colonialisme est toujours présent, et ensuite ils vont s’unir pour revenir au système califal, ce dont le prophète Muhammad dit : ‘tout musulman qui décède sans avoir prêté serment à son chef, au calife, le premier responsable, il décède avec de l’hypocrisie dans le cœur’. Ce qui veut-dire, poursuit Iquioussen, que les musulmans doivent tous faire des efforts pour atteindre un objectif qui est de vivre sous l’autorité politique islamique qui va leur permettre de pratiquer leur religion ».

Sous entendu, une pratique complète de l’islam ne peut s’effectuer que sous un califat, de quoi saper toute appétence des musulmans de France pour le modèle de la république laïque.

Toujours Iquioussen « Nous ne sommes ni marocains et algériens, nous sommes des musulmans… c’est ça notre identité, c’est ça notre nationalité, c’est ça notre être, c’est ça le plus important. Tout le reste est secondaire ». (conférence sur le nationalisme du 24 janvier 2013).

Encore Iquioussen sur le Djihad >

Lors d’une conférence du 14 janvier 2013 à la mosquée de Saint-Denis de La Réunion, filmée sur Dailymotion[2], ayant pour thème l’engagement des musulmans dans la société, Iquioussen fait le point sur les différents combats à mener « Le sommet de l’islam c’est quoi ? c’est l’effort pour la religion [Jihâd] (…) l’imâm Ibn Qayyim explique ce qu’est le djihâd en islam il dit il y a 13 degrés, Il y a 13 niveaux de Jihad (…) le jihâd contre le nafs [soi-même] le jihâd contre le shirk [paganisme/idolâtrie/association de divinités] . Après, il y a le jihad contre le munkar [mauvaise action ; abominable ; qui provoque l’aversion], le jihad contre les hypocrites[3] (…) et il [Ibn Qayyim] met au 13eme rang le Jihad armé contre l´ennemi extérieur.(…) la vie du musulman c’est un effort en permanence pour la promotion du bien et de la, pour répandre sur terre la miséricorde et le combat contre l’injustice, le mal […]Le musulman doit être dans l´action pas dans la réaction. Si l’ennemi choisi le champ de bataille tu as perdu la bataille (…) Nous devons contrecarrer la stratégie du diable. »

Iquioussen négationniste du génocide arménien

Dans une conférence (Conférence du 5 octobre 2013 à la mosquée de Dunkerque https://www.youtube.com/watch?v=8ej7cBHQxHw ) dans la Grande mosquée de Dunkerque (qui fut inaugurée par le sénateur-maire PS de la ville en 2013, Michel Delebarre) le prédicateur de l’UOIF aborde le génocide arménien :

« Cinq cent mille arméniens ont fait pression sur l’ex président de la France Sarko pour qu’il vote une loi pour condamner[4] les turcs, pour un péché qu’ils n’ont pas commis. On est bien d’accord, le pseudo génocide arménien. La loi n’est pas passée hein, donc je peux dire que ça existait pas. Si la loi était passé, alors là je ferme ma bouche. Vrai ou faux ? Si la loi était passée je ne pourrais pas dire que le génocide arménien n’existe pas, parce que la loi me condamne. Donc là je peux m’éclater ! Regarde je parle, il n’y a pas eu de génocide, et j’ai les preuves historique qu’il n’y a pas de génocide[5] »

– Mohamed Al-Arifi invité congrès UOIF 2013 > défend Ben Laden !

Pur produit de l’école wahhabite, titulaire d’un doctorat en « fondement de l’islam », il occupa longtemps le poste d’imam de la Mosquée de l’académie « Roi Fahd » de la Marine saoudienne. Devenu trop extrémiste, même pour l’Arabie Saoudite, Al-Arifi fut licencié de l’Université du Roi Saoud de Riyad en 2014 où il enseignait. En 2013, il passa plusieurs jours en prison, accusé d’être trop proche de la confrérie des Frères Musulmans, alors que le royaume saoudien avait pris position pour le maréchal Sissi contre la confrérie en Egypte. En février 2013, cheikh Mohamed Al-Arifi lors d’une émission télévisée affirmait que Al-Qaida « ne tolère pas l’effusion de sang » et fit allusion au « cheikh Ben Laden, que Dieu le bénisse et prie pour son âme », conférant au psychopathe neutralisé en 2011 une légitimité islamique, un cheikh étant un docteur de la loi. Les médias arabes avaient largement commenté le dérapage[6].

Mohamed Al Arifi fut invité à diriger la prière du vendredi lors du congrès 2013 de l’UOIF au Bourget, obtenant un visa de séjour, malgré sa mansuétude envers Ben Laden. Exemple parmi tant d’autres du laxisme de l’Intérieur alors dirigé par Manuel Valls. Ses vacances de l’été 2013 à Londres dans un grand hôtel, alors qu’il appelait les musulmans à partir faire le djihad en Syrie, suscitèrent les moqueries de la presse orientale. C’est ainsi que le célèbre quotidien saoudien Okaz affubla Al-Arifi du titre de « cheikh des moudjahidines à Piccadilly », en référence à une grande avenue de Londres. Reconnu et agressé par des islamistes lui reprochant son train de vie lors de son séjour londonien, une photo le montrant alité dans un hôpital fut largement commentée.

« Le commandant des jeunes se trouve dans la capitale du brouillard, allongé sur le lit de l’un des plus luxueux hôtels de Londres, pendant que des centaines de jeunes, partis en Orient, meurent chaque jour, suite à son appel retentissant » écrivit je journal Okaz.

Autre exemple de la singularité d’Al Arifi, il justifia le mariage précoce des jeunes filles au Yémen et en Arabie Saoudite dès 15 ans, âge idéal selon lui, de par le climat chaud « qui favorise une puberté précoce », et rappelle que le prophète Mahomet se maria à Aicha lorsqu’elle eut 9 ans « car c’était l’usage à l’époque[7] ».

En 2015, l’invitation au Maroc d’Al Arifi suscita l’indignation de nombreux marocains, dont les pétitions portèrent leur fruit : il fut contraint d’annuler son voyage. Le média marocain Bladi rapportait : « ce Cheikh très controversé qui avait entre autres soutenu le départ de jeunes en Syrie et publié une fatwa interdisant aux filles de se retrouver seules avec leur père[8]. »

Interdit de séjour au Maroc, dans le collimateur de l’Arabie Saoudite et de l’Egypte, il n’y a qu’en France qu’il peut tranquillement prêcher à cause du laxisme du ministère de l’Intérieur.

– Safwat Hijazi (vidéo ci dessous) , égyptien, invité au congrès UOIF en 2012, conférencier dans plusieurs mosquées UOIF dont Mulhouse ces dernières années. Principal intellectuel des Frères Musulmans dans le Moyen-Orient. Emprisonné par Sissi. A affirmé à la télévision égyptienne en juillet 2012 >

« Si vous lisez la littérature des Frères Musulmans, voilà ce qui ne peut jamais être perdu de vue : le califat islamique et la domination du monde. Oui, nous serons les maitres du monde, l’un de ces jours. »

Congrès UOIF du Nord (RAMN) : Ratib Nabulsi invité en 2016 (refusé par l’Intérieur) :

Son nom complet est Mohamad Ratib Al-Nabulsi [5]. C’est un frère musulman[6] syrien né en 1938. « L’éminent » convive invité par l’UOIF différencie dans un article, traitant des annulatifs de l’islam, entre différents types d’apostasie : apostasie dogmatique, apostasie verbale, apostasie en lien avec la pratique du culte, etc. Ainsi, la simple critique des sources islamiques est une forme d’apostasie selon lui. Le blasphème est une autre forme d’apostasie. Il conclut en disant : « L’apostat a droit qu’on lui donne une chance pour se repentir. S’il persiste, il faut le tuer »[9] !

Pis encore, dans une vidéo arabe, sous-titrée en anglais, le frère musulman Nabulsi dit : « L’homosexualité implique un endroit sale et ne génère pas de progéniture. L’homosexualité conduit à la destruction de l’homosexuel. C’est pour cette raison, mes chers frères, le châtiment de l’homosexualité est la peine de mort »[26]–[27] !

Sa demande de visa fut refusée. La page Facebook du RAMN avait fini par publier une nouvelle affiche, mise à jour, sans la photo de Ratib Nabulsi, avec ce message : «Voici l’affiche finale de la RAMN 9. Vous remarquerez dans cette version l’absence de l’éminent Dr. Ratib Nabulsi. Après plusieurs échanges, Dr. Nabulsi nous a confirmé son accord à être parmi nous le 7 février 2016. Malheureusement, lors de sa demande de visa, celle-ci lui a été refusée ainsi que d’autres savants. Lire la suite sur > https://blogs.mediapart.fr/mohamed-louizi/blog/250116/7-fevrier-un-doigt-d-honneur-de-l-uoif-la-republique

Lycées UOIF :

Makhlouf Mameche, directeur adjoint du Lycée Averroès (financé par l’état), vice-président de l’Union des organisations islamiques de France en charge de l’enseignement privé, donne souvent des conférences à la mosquée de Lille. Extraits :

« Voilà comment le Prophète a planifié, dans un secret total, son plan d’action, son projet, son programme. On doit travailler secrètement, jusqu’à ce qu’on mette en place le projet entier.

Quand on est en état de faiblesse, il faut attendre un peu. Il faut acquérir la force pour pouvoir réagir. En tant que communauté musulmane de France, nous devrons travailler en douceur, sans crier au loup. Nous devons multiplier nos actions sans faire trop de bruit. » source vidéo

Lire aussi >

Le professeur de mathématiques du Collège-Lycée Averroès (UOIF) soutient ouvertement les terroristes du Hamas

–Une conférencière de l’UOIF obsédée par le rôle des « Blancs » dans l’Education Nationale, « système raciste ».

[1] L’empire Ottoman-partie 1, chaine Youtube officielle de Hassan Iquioussen, mise en ligne le 2 janvier 2013. https://www.youtube.com/watch?v=EAyGG1b5b3U

[2] Conférence de Hassan Iquioussen sur l’engagement en islam, à Saint-Louis de La Réunion le 14 janvier 2013. Mis en ligne sur Dailymotion le 18 janvier 2013.

[3] L’hypocrisie (munafiqines) en islam qualifient selon le juriste Ibn Taymiyya dans son livre As-Sârim Al Masloûl, ceux qui se présentent comme musulmans mais qui ne sont pas observant des lois islamiques : « leur hypocrisie peut être connu à travers une parole qu’un homme croyant les entend prononcer, et le rapporte alors au prophète. Ils jurent alors qu’ils n’ont jamais dit ça ou alors des fois ils ne jurent pas. Et des fois cela apparaît lorsqu’ils retardent la prière ou le Jihâd, ou lorsque la Zakât est pénible pour eux, ou lorsqu’ils manifestent de la répulsion envers beaucoup de lois d’Allah. »

[4] En réalité, le projet de loi portait sur la reconnaissance du génocide arménien et la condamnation des négateurs, non sur la condamnation de la Turquie.

[5] https://www.youtube.com/watch?v=8ej7cBHQxHw

[6] Controversial Saudi scholar claims Osama Bin Laden was hard done by, Albawaba, 8 février 2013.

Major Saudi cleric defends Bin Laden on Al- Jazeera, Al Arabiya News, 8 février 2013.

[7] Why did Aisha get married so young ? Shaikh Muhammad Al Arifi, chaine Iqra, mis en ligne sur youtube le 10 juillet 2012.

[8] Le controversé Cheikh Mohamed Al-Arifi ne viendra pas au Maroc, Bladi, 12 octobre 2015
Lire la suite
share on Twitter Like Macron refuse d’interdire les Frères Musulmans en France (UOIF) malgré leur projet totalitaire on Facebook
Noisy-le-grand : le père du terroriste des Champs-Elysées menace de mort les policiers

Lu sur Le Parisien du 28 avril

Salah Cheurfi, le père de Karim Cheurfi a été placé en garde à vue vendredi soir au commissariat de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Cet homme de 65 ans s’était présenté au commissariat vers 22h30 en menaçant de mort les policiers de l’accueil. «Je vais vous tuer», aurait-il proféré. Outre ces menaces, il a tenu des propos incohérents et aurait reproché au maire de la commune d’avoir refusé l’inhumation de son fils dans le cimetière local. Il n’était pas armé et a rapidement été maîtrisé.

Les fonctionnaires de police ont constaté que l’homme était en état d’ébriété. De source policière, on indique que Salah Cheurfi ne s’était jamais manifesté depuis l’attentat commis par son fils.

Dans la soirée du 20 avril, Karim Cheurfi avait attaqué un fourgon de police stationné sur l’avenue des Champs Elysées, tuant le policier Xavier Jugelé.
Lire la suite
share on Twitter Like Noisy-le-grand : le père du terroriste des Champs-Elysées menace de mort les policiers on Facebook
L’Observatoire de l’islamisation a dix ans : interview de Véliocas dans Présent.

Interview du 22 avril 2017. Cliquer ici pour l’ouvrir en grand dans un nouvel onglet.
Lire la suite
share on Twitter Like L’Observatoire de l’islamisation a dix ans : interview de Véliocas dans Présent. on Facebook
Mosquée de Lagny : l’imâm qui appelle à « combattre les mécréants occidentaux » est prof de math !

Le Parisien du 26 avril (éditions 77) révèle la « note blanche » des renseignements sur la radicalité de l’imâm de Lagny, dont la mosquée a été fermée par confirmation du tribunal administratif de Melun vendredi dernier.

Les policiers ont enregistré le président et imâm de la mosquée dont le prêche du 21 octobre 2016. La note sur laquelle s’appuit la préfecture pour fermer le lieu apprend que l’islamiste « a notamment déclaré que les ennemis de l’islam étaient les Occidentaux et qu’il fallait éduquer les jeunes musulmans pour leur enseigner l’islam pour mieux combattre les mécréants; que la France menait au nom de la liberté une guerre contre les musulmans et qu’ils vont combattre grâce aux jeunes et à Allah » Selon l’ordonnance du tribunal, il es indiqué qu’ »à plusieurs reprises, au mois de novembre 2016, il a fait référence aux djihadistes et a sollicité l’aide d’Allah en leur faveur afin de ‘détruire les ennemis de l’Islam, des ennemis de l’intérieur, ici en France et ailleurs’ « .

Parmi les autres arguments de la note des renseignements, la venue à deux reprises du prédicateur Elias Imzalène, « qui a fourni des éléments de language comparant la situation existante en France à l’apartheid et demandant aux fidèles d’arrêter d’être ‘Français légalistes, Français républicains et Français patriotes‘.(…) Il est aussi indiqué que « l’imâm, professeur de mathématique utilisant ses fonctions à des fins prosélytes en essayant d’entrainer les élèves dans des formes de radicalisme religieux. »
Lire la suite
share on Twitter Like Mosquée de Lagny : l’imâm qui appelle à « combattre les mécréants occidentaux » est prof de math ! on Facebook
Également :
Attali qui chaperonne Macron veut une France à 187 millions d’habitants par l’immigration de masse.
Cheurfi en liberté : le magistrat Béatrice Brugère parle de la politique anti prison comme d’une « idéologie »
Macron accuse la société française d’être le terreau du djihadisme car trop « fermée » (Le Monde)
Trappes: Opération antiterroriste, 4 personnes interpellées, des perquisitions en cours
Joachim Veliocas : « Ces maires qui courtisent l’islamisme » (réédition janv. 2015)
Manuel Valls a inauguré la Grande mosquée de Cergy, édifiée sur un terrain de la mairie socialiste contre un loyer dérisoire. Son imâm défend ouvertement les Frères Musulmans dont le passage aux affaires en Egypte s’est soldé par de nombreuses exactions, et la tentative d’islamiser les lois. Paris, qui croule sous une dette de 400 millions d’euros, a trouvé 16 millions d’euros pour son Institut islamique. A Nantes, la mairie a contribué à financer l’institut islamique de la branche française des Frères Musulmans, l’UOIF, à hauteur de 200 000 euros en 2009. Le maire s’appelait alors Jean-Marc Ayrault. Les mairies de Marseille et Nice ont été elles épinglées par le tribunal administratif pour des entorses à la loi de 1905, tandis que plusieurs députés financent des mosquées sur leur réserve parlementaire. Le maire de Nîmes, vice-président de l’UMP, a lui cédé un ex temple protestant à des islamistes dont les bulletins internes sont marqués d’un extrémisme inquiétant. Alain Juppé assure lui qu’il « fera tout pour qu’un terrain soit disponible » pour la Grande Mosquée de Bordeaux. L’imâm Tareq Oubrou qui dirigera l’endroit persiste dans son dernier livre à s’avouer membre des Frères Musulmans, dont le Guide suprême souhaite « contrôler l’Europe ». Votre maire collabore-t-il avec l’islamisme ? Cette deuxième édition a été largement actualisée et augmentée après les municipales 2014.

Copyright © 2017 Observatoire de l’islamisation.

Lhes 4 vérité:La droite la plus bête du monde

Accueil > Politique > La droite la plus bête du monde
Politique
La droite la plus bête du monde
Goudron Claude
Posté le 04 mai , 2017, 8:50

Nous revivons le même scénario qu’en 1981. À cette époque, c’est Jacques Chirac qui avait fait éliminer VGE, en poussant ses amis du RPR à voter Mitterrand. Il n’est pas nécessaire de rappeler le fiasco qui s’en suivit, nous le payons encore aujourd’hui !

Les résultats définitifs du premier tour donnent une différence de 1,3 % entre Le Pen et Fillon.

Ici, je ne parle même pas de la trahison de Bayrou, ni du maintien irresponsable de Nicolas Dupont-Aignan, mais uniquement des « Républicains » qui ont refusé de soutenir le candidat élu à la primaire comme ils s’y étaient engagés : ils se nomment Juppé, Sarkozy, Le Maire, NKM… S’ajoutent les « traîtres » Fenech, Solère, Keller, Apparu, Lellouche, Morano, Dati… jusqu’à Stefanini – qui ont emmené avec eux plus d’une centaine de députés, tous ayant stoppé leur soutien à François Fillon en cours de campagne.

On peut y rajouter les « faux culs » qui, pour aller à la soupe, donneront le dernier coup de grâce comme Estrosi et Villepin.

Tous ces donneurs de leçon, ces faux « Monsieur Propre », ces soi-disant garants de la justice, n’attendent même pas les conclusions du procès en sorcellerie fait à François Fillon. Ce sont eux les premiers responsables de ce fiasco !

La droite a donc eu la peau… de la droite !

Mais ces dirigeants oublient que c’est grâce à nous, les adhérents, qu’ils ont pu faire carrière. C’est nous mépriser que d’agir comme ils l’ont fait. Nous avons financé ce parti qui nous appartient autant qu’à eux. Nous avons donné pour le « Sarkoton », financé la campagne de François Fillon sans rechigner. Soyez-en sûrs, nous nous en souviendrons.

Un retour en arrière n’étant pas possible, que nous reste-t-il ?

La « médiasphère » s’étant amusée à nous faire peur sur un deuxième tour Le Pen – Mélenchon et ayant réussi l’éviction de notre candidat, la voici qui adule le fils, la chose, l’héritier, l’hologramme du plus mauvais – et de loin – de tous les présidents de la Ve République : Emmanuel Hollande !

En ce qui me concerne, il n’aura pas ma voix, même si je ne doute pas du résultat. De toute façon, je ne lui donne pas un an avant qu’il n’explose en plein vol. Espérons (je rêve encore) que, d’ici là, nous aurons une droite qui essaiera, pour une fois, de ne plus être la « plus bête du monde

Nouvel article sur conseil dans l’espérance du roi : Mauvaise foi-et ignorance crasse d’une pétasse

Nouvel article sur conseil dans l’espérance du roi

Mauvaise foi.
par conseilesperanceduroi

 » L’Eglise catholique étale ses divisions au grand jour « , écrit Le Monde d’aujourd’hui 4 mai*, à propos du second tour de l’élection présidentielle. Qu’est-ce que cela signifie ?

La journaliste responsable de cet article (Cécile Chambraud) n’a-t-elle jamais entendu parler de la différence entre Dieu et César ? Est-elle à ce point surprise que l’Eglise universelle renferme en son sein, comme la société civile elle-même, la diversité des opinions ? Préfèrerait-elle que cette diversité soit cachée aux yeux des croyants comme à ceux des mécréants ? Bref, déclare-t-elle par cette perfide mais stupide remarque, que son modèle n’est rien d’autre que…l’oumma islamiyya ?

Et ce n’est pas parce que le quotidien catholique La Croix comme l’hebdomadaire La Vie se sont prononcés, dans des éditoriaux, en faveur d’un vote pour M. Macron qu’ils ont raison. D’ailleurs, la réponse leur est venue d’abord de Monseigneur Dominique Rey, évêque de Toulon :  » L’Eglise s’en est tenue justement au rappel de principes, explique le prélat. C’est la bonne posture, j’y adhère totalement. Il nous faut rester à notre place mais pas donner de consignes de vote.  » Dans une vidéo, Mgr Rey recommande en outre aux électeurs de ne pas obéir  » aux exclusives de la médiacratie ou aux consignes du prêt-à-penser « .

Mais elle est venue aussi du président de la CEF, Georges Pontier, archevêque de Marseille, mercredi 3 mai, pour expliquer le choix fait le 23 avril.  » Les évêques s – e – refusent depuis 45 ans  » à donner des consignes de vote, affirme-t-il dans un texte publié sur le site de l’Eglise.  » Qu’est-ce qui est plus facile : dire de voter pour tel ou tel ou inviter à la réflexion et au discernement ? Dans cette ambiance, il me semble que le rôle de l’Eglise est, plus que jamais, de ne pas prendre parti pour l’un ou l’autre candidat mais de rappeler à chaque électeur ce que notre foi nous invite à prendre en compte. C’est ce que nous avons fait dès le soir du premier tour « , ajoutait Mgr Pontier.
Toute autre vision des choses n’est qu’inculture, manipulation ou…MAUVAISE FOI !

Le 4 mai 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.
Z

Metamag : Débat : qui pourra croire les médias ?-les crétins!

Metamag

Débat : qui pourra croire les médias ?
Accueil » Dérapages » Débat : qui pourra croire les médias ?
Affiches Macron Lepen
Débat : qui pourra croire les médias ?

3 mai 2017 0 commentaire
Télécharger en PDF et imprimer
Email

Jean Ansar, journaliste ♦
Le pouvoir médiatique fera campagne jusqu’au bout contre Marine Le Pen

On peut déjà vous donner le résultat du match médiatique de l’entre deux tours : Macron vainqueur.

Ce résultat fait partie de la stratégie des médias pour battre la candidate ex_Front national. Macron peut donc perdre le match et être déclaré vainqueur. Il ne court qu’un risque, celui de “péter un boulon” et, se croyant investi d’une mission divine, perdre tout contrôle devant la contradiction.

Mais à part ça, qui peut croire qu’une chaîne de télé pourra estimer que Marine Le Pen sorte confortée du face à face. Toutes les chaînes sont pro- Macron. Il y a, en France ,des chaînes d’informations en continue qui disent toutes la même chose.

La mobilisation mémorielle ou celle sur le stupide plagiat des formules de Fillon en sont un formidable exemple. Tous les propos, relativement élogieux sur la dynamique Le Pen, n’ont qu’un but, mobiliser l’électorat de Macron. Car même s’ils sont quasi certains de gagner, ils ont tellement peur du vote populiste qu’ils tremblent. D’où la campagne médiatique contre les abstentionnistes et la diabolisation de Jean-Luc Mélenchon qui, après avoir été adoré, est brûlé sur le bûcher du politiquement correct.

Cela concerne au premier chef l’audiovisuel idéologique immigrationiste et mondialiste, mais pas seulement.

Ce matin d’ailleurs, Le Figaro prend position non pas pour Macron mais contre Marine Le Pen. Ce journal, considéré à droite mais dépendant des financiers, s’en prend au programme “Europe – Euro” de la candidate. Le Figaro qui a soutenu Fillon et critiqué Hollande est donc pour la continuation du pouvoir sortant dans la personne de Macron. Il reviendra à droite sans doute pour les législatives, mais le numéro de ce matin prouve qui décide de la ligne éditoriale du journal, les puissances financières et européïstes qui préfèrent Macron. C’est bien le journal des bobos de droite.

Il aura manqué à Marine Le Pen pendant toute cette campagne un média pour elle ou au moins impartial. Pas de journal, pas de télé. Heureusement il y a internet, mais ce n’est pas suffisant et cela ne touche pas tous les électeurs notamment les plus âgés qui ont peur de l’inconnu et du vrai changement.

Au pays de la fausse liberté de la presse, garante paraît-il du pluralisme, aucun journaliste ne s’interroge sur le fait qu’aucun média ne soit proche de 40 % des électeurs. Ils méprisent les auditeurs et les lecteurs qui ne pensent pas comme eux.

La médiacratie est bien une fausse démocratie. C’est contre ce système qu’il faut voter dimanche.

Riposte laïque:De quoi Macron est-il le nom ? Bilderberg, Trilatérale, Cac 40, Bercy…

De quoi Macron est-il le nom ? Bilderberg, Trilatérale, Cac 40, Bercy…
Publié le 3 mai 2017 – par Irnerio Seminatore – 1 commentaire
Partager

A l’heure où les décideurs globaux s’interrogent sur le niveau élevé de la confrontation politique et militaire de la deuxième guerre froide et donc de la paix et de la guerre dans le monde, le débat présidentiel français plonge la France dans un abîme d’irresponsabilité et de décrochage stratégique. En Europe centrale et orientale, ainsi qu’en Eurasie il est question de dangers et de conflits ; ici, de décomposition du système des partis et d’ingouvernabilité politique,comme s’il s’agissait du rejet des castes et de » l’esprit sans culottes » de la Révolution dans un pays d’Ancien Régime. En déphasage total avec la situation internationale, certains analystes parlent d’un retour à la Quatrième République, à son système proportionnel, à ses coalitions électorales, à sa fin inglorieuse et à la guerre d’Algérie, pendant qu’aux deux rivages d’un processus de changements d’ère, le peuple musulman de l’hexagone observe la vieille France, au milieu du guet, pour mieux l’abattre. En effet il y a bien deux peuples en guerre, pour déposséder la France de ses lois et de ses défenses, puisque l’ennemi existentiel est déjà là.
Pour un sociologue de la nomenclature universitaire et socialiste, l’issue de cette campagne sera l’émergence d’une culture de compromis.. En bon interprète de la « Ruse de l’Histoire », il administre une bonne dose de morphine sur les plaies de la haine qui s’accumulent et de la crise internationale qui approche. Ce retour à l’analogie historique nous cache que la « Ligne Maginot »des partis politiques a été contournée et que le front de la mondialisation embarque chaotiquement à Dunkerque, vers le Brexit, la « Perfide Albion » et le grand large. Ainsi, selon ces scénarios, une partie de la France irait au delà de la Manche, vers la liberté du commerce ,la théorie du progrès et la politique de la « Balance » du XIX siècle et l’autre partie, malade d’apostasie républicaine, resterait sur le continent, prisonnière d’un vichyssisme virulent et de toutes les aberrations des dérives nationalistes. Ainsi, les perdants de la droite, du centre, et de la gauche s’alignent sans vergogne sur le gagnant virtuel, dans l’espoir d’un salut patriotique impossible. La masse des fuyards, des couards, des borgnes, des renégats,des opportunistes, des rescapés et des aveugles se révèle de loin supérieure aux capacités d’emport des Titanic accostés. Les mangeurs d’hommes sont là pour dévorer les innocents et les coupables, au nom d’un salut idéologique sans fondement. La recherche d’une issue avec Macron- Président se révélerait à moyen terme illusoire, voire dangereuse, car maquillée d’une qualité improbable, la vertu. La vertu spartiate et antique d’Athènes, de Rome et des grands Empires.

LA GRANDE QUESTION

Or, une grande question se pose.
De quoi Macron, est il le nom ?
L’homme neuf de la « rupture » messianique et de l’idéologie multiculturaliste, post- nationale et « progressiste », est éloigné du peuple, de la Nation et de sa culture et ne peut réconcilier la France, dont il ignore la civilisation et l’histoire.

Pur produit de Bildelberg, de la Trilatérale , du CAC 40 et de Bercy, il passera à la mémoire comme le chantre de l’éruption violente du pays. En homme qui vit dans l’événementiel, il incarne une vision du monde contemporain, la globalisation, en opposition aux conceptions et aux héritages souverainistes français . Sa proclamation de refonte des institutions en dehors du système représentatif est une chimère. Ainsi, privé de ses racines, Macron mesure son espoir de réussite à la capacité d’endiguement d’un « front républicain » ébréché et à des arrangements d’appareils, qu’il a lui même torpillés pour sauver le vieux monde socialiste en déroute.

Dans le cadre d’un transformisme sans principes, la « démocratie » n’est plus que la façade d’un pouvoir au rabais, car ce qui compte pour l’apostolat d’un modernisme de façade, c’est que « tout change pour que tout reste le même ». En jeune tocquevillien et au nom de la « société ouverte », l’homme d’un votant sur quatre, veut faire barrage à tous ceux qui s’opposent à sa perversion égalitariste, « les racistes, sexistes, homophobes, xénophobes et autres ».

Une « rupture de société »est annoncée, optimiste , empreinte de bonheur et effet de miroir entre le « corps » du candidat-gagnant et le « corps social » de la France infirme. Or le « modèle » de militant du mouvement « En marche », qui la supporte, l’acclame, et le pousse vers l’avant, aurait-il une constitution composite, un mixage des genres. une capacité de produire « une alternance profonde ».

LE MODELE DE MILITANT » D’EN MARCHE »

« Prenez un jeune bling-bling de « science- po » et panachez- le avec un élu de troisième rang de l’Assemblée Nationale, ou un ancien membre du gouvernement de Manuel Valls. Rajoutez des journalistes des médias et rehaussez le tout de plusieurs vénérables de Loges. Puis, anoblissez la mixture d’intellectuels mondialistes et de révolutionnaires de salon, corrigez le goût avec des vieilles dames poudrées de parfum et améliorez la formule avec des battantes de la communication, en libre service érotique sur les »réseaux du sexe ». Agitez le cocktail dans une réunion politique mondaine, un café de Montparnasse ou une Disco du « Paris by Night » et vous obtiendrez un bon militant d’En Marche! »
Il s’agit là des gros bataillons du nouveau « roman national ».

Le Stratège, en jeune chef désireux de rebâtir une « Troisième Force », comme il en exista entre 1947 et 1958, sera destiné à dépendre, aux législatives, de coalitions difficiles à réunir, à cause de la décomposition des partis traditionnels et de la séduction faite aux tactiques individuelles de personnalités forcément opportunistes. qui se succèdent devant un théâtre d’ombres, de plus en plus vide.

Plus encore que les vieux caciques désavoués, Sarko, Hollande, Juppé, Fillon et Valls, Macron demeure le parfait produit du marketing médiatique, mais est il incapable de faire émerger un destin collectif dans l’horizon d’une économie du libre-échange et dans le dépassement des clivages et des blocages, qui entravent le renouvellement profond de la France.

C’est la raison pour laquelle il persiste dans une contradiction de fond et dans deux idées fallacieuses :
– faire travailler moins, en produisant logiquement moins
– et prendre en charge plus de migrants, pour compenser une démographie de souche déclinante, en tirant ainsi le pays vers un équilibre budgétaire moins calamiteux

LA FRANCE, L’EUROPE ET LE MONDE

Or « la volonté de rassemblement de Macron, le désir de réconciliation, l’espérance en l’avenir du monde » (Jean d’Ormesson), suffiront-ils à rehausser la France malade, à gouverner une Europe en détresse, à naviguer dans un monde en bourrasque ? Ce jeune enfant gâté et immature, disposera-t-il de la stature d’un Chef d’Etat-Stratège, Chef des Armées en paix et en guerre, regardant loin, par des temps difficiles, définissant à la fois le rôle de la France et de l’Allemagne au sein de l’Europe et la place de l’Europe dans la compétition des mondes et dans l’horizon qui tracera le destin du siècle ?

Saura-t-il faire face aux Etats-Unis d’Amérique et à ses ambitions démesurées ? L’histoire nous enseigne que la première fonction de la puissance est de protéger les citoyens et de garantir la sécurité de ses sujets. Elle nous dit également que peut être défini comme souverain, le pouvoir qui désigne son ennemi et fait face à sa menace. Or, ces deux impératifs ne peuvent être délégués à un Pays-Tiers, car cette désignation anéantit le concept de souveraineté, lui posant une limite et lui assignant une dépendance. Il s’agit bien de la limite à la liberté de conception et d’action. en politique étrangère. Macron sera-t-il en mesure d’aider la France à reformer l’Europe, en assurant sa liberté d’action, en dehors de l’OTAN ?
Échappera-t-il à la tentation de se soumettre à un pouvoir supérieur écrasant ? Sa relation aux Etats-Unis sera-t-elle de soumission ou de frein, dans la recherche de la paix ou de la guerre dans le monde ?
Une Europe Unie faisant bloc derrière les Etats-Unis pour des objectifs historiques qui ne sont pas les siens, pourrait être menée à sa perte. Les finalités institutionnelles d’un projet européen remodelé sont-elles encore compatibles avec les buts du projet des Pères Fondateurs, ou n’impliquent-elles pas plutôt leur renversement et leur adaptation ? Un grand paradoxe de l’histoire de notre tempsnous contraint à rechercher les buts de la paix par d’autres moyens.

Macron saura-t-il saisir ce grand changement de la perspective historique, pour protéger et sauvegarder la France, l’Allemagne et les peuples du continent, tranchant sur le dilemme crucial de notre conjoncture, soumission globale à Hégémon, ou, en revanche, souveraineté de chaque Etat-membre, sacrifiant l’unité du tout à la souveraineté de chacun, dans l’imminence d’une confrontation grave et réversible.

Face au retournement de la scène internationale, Macron ne semble pas l’homme de cette indépendance, ni de ce choix bouleversement au nom du salut de la France et de l’Europe et pour la sauvegarde d’une paix d’équilibre entre la Russie et l’Amérique ; sera-t-il capable d’ébaucher une nouvelle forme de coexistence, envisageant une deuxième « Conférence d’Helsinki » et en rétablissant la distinction gaullienne entre l’Alliance Atlantique et le Bloc militaire ?

In fine qu’en sera-t-il de ce candidat-président confronté à une guerre civile interne et à une guerre étatique sur la scène internationale ? Qui aura gagné en France à l’occasion des présidentielles entre la rébellion des hommes et l’insurrection des urnes ? L’esprit anti-système ou la logique des « Coups d’Etats » et des « Cabinets Noirs » ?

Irnerio Seminatore

r